• Deutsch
  • Español
  • English
  • Français

Biographie

L‘enfance d‘une pionnière

C’est à Flensburg, au nord de l’Allemagne, que naît Maria Buchinger, le 21 mai 1916.

Son père, le docteur Otto Buchinger, médecin dans la Marine impériale, doit quitter son poste, peu avant la fin de la Première Guerre mondiale, après avoir contracté une maladie rhumatismale, invalidante. Sur les conseils d’un de ses anciens collègues de la Marine, il entreprend un jeûne de 21 jours, qui lui permet de recouvrer complètement la santé. Et c‘est cette victoire sur la maladie, qui va conduire Otto Buchinger à s‘engager sur « le chemin royal de l’art thérapeutique », et à développer ce qui sera la grande œuvre de sa vie : la méthode du jeûne thérapeutique.

Pendant les années d‘après guerre, la famille Buchinger va connaître des temps particulièrement difficiles, subissant des discriminations toujours croissantes, en raison des orientations politiques et médicales, marginales, du docteur Buchinger, et des origines juives du père de Else Buchinger, la mère de Maria.

Élevée selon des valeurs spartiates et en harmonie avec la nature, Maria développe et construit progressivement sa personnalité : symbiose parfaite de religiosité, de rigueur, d‘humour, de joie de vivre, de beauté et de tempérament.

Entrepreneuse, bâtisseuse et mère de famille

Littéralement fascinée par l‘enseignement de son père, Maria devient son adjointe, dès 1938 ; elle vient tout juste d‘avoir 22 ans. Adhérant complètement à sa pensée, c‘est d’ailleurs elle qui assure tout le suivi de sa correspondance, et qui plus est, en son nom.

En 1943, Maria épouse Helmut Wilhelmi. Ce dernier va insuffler à la famille Buchinger un nouvel esprit entrepreneurial. Peu après la Seconde Guerre mondiale, en 1953, le couple fonde une clinique, à Überlingen (dans le sud de l‘Allemagne), au bord du lac de Constance ; en 1973, nouveau projet, en Espagne cette fois-ci, pays où personne n’avait encore entendu parler du jeûne, ni de ses vertus thérapeutiques : Marbella (Andalousie). Replacées dans le contexte de leurs époques respectives, ces deux constructions font véritablement figure de réalisations et de prestations pionnières.

Sur le site de Marbella, Maria donne libre cours à ses talents de bâtisseuse et d‘entrepreneuse, entourée d‘architectes et de collaborateurs, jonglant magistralement avec les plans et les matériaux.

Après le décès subit d‘Helmut Wilhelmi, en 1985, c’est son fils Raimund Wilhelmi, sa fille Maike Wilhelmi et sa belle-fille, Françoise Wilhelmi de Toledo, qui reprennent la direction de la clinique d’Überlingen.

Entre-temps, une quatrième génération – les cinq petits-enfants de Maria – est fin prête à reprendre le flambeau de l‘entreprise familiale.

Maria Buchinger, la « Grande Dame du Jeûne »

Avec Überlingen et Marbella, Maria dispose dorénavant de deux outils phares – ses deux « vaisseaux amiraux » – pour mettre en œuvre sa grande mission : sensibiliser le plus large public possible à la valeur et aux inestimables bienfaits du jeûne thérapeutique.

Ambassadrice infatigable, Maria se dépense sans compter, en hôtesse à la chaleur humaine inoubliable, véritable âme bienveillante pour chaque hôte et patient. Femme élégante, droite et disciplinée, elle impose le respect, tout en sachant rester simple, chaleureuse et accessible à tous. Aimant rire et faire rire, sa gaieté est contagieuse. Elle recherche sans cesse le dialogue, sait écouter, consoler et trouver les bonnes solutions.

 

Fruits de l’accomplissement d’un tel travail, les reconnaissances affluent

Croix fédérale du Mérite (Allemagne), en 1995.
Nomination « Entrepreneuse de l’Année » à Marbella, en 2003.
Médaille du Rotary Club de Marbella, en 2008.

Maria remercie, en citant un aphorisme de son père : « On ne peut pas donner plus que ce que l’on est, mais il ne faut pas donner moins non plus ».

Maria continue de mener une vie simple, en harmonie avec la nature, avec ses chiens qu’elle chérit, ses livres, son jardin et son piano. À plus de 90 ans, sa sérénité positive, sa svelte silhouette, sa démarche altière et décidée, sont une publicité vivante, s’il en faut, pour les vertus et bienfaits du jeûne à tout âge !

Et à la « Grande Dame du Jeûne » de s’éteindre doucement, le 12 mars 2010, dans sa maison, à Marbella, entourée de sa famille et de l’équipe soignante de la clinique dont elle fut et restera toujours l‘âme inspiratrice.

Maria Buchinger Foundation
info@maria-buchinger-foundation.com

Directoire